Une aide de l’état pour bloguer ?

Je suis en train de regarder un débat avec Yves Calvi (très bon lui d’ailleurs – rien à voir avec notre Vrebos père et fils ici) sur France 2 avec parmi les invités Jean-François Kahn (ex Marianne), Arnaud Montebourg (gauche caviar) et le secrétaire d’état à l’emploi.

Le thème du débat : Une année politique en France. En gros, faire un bilan sur la 1ere année de Sarkozy et de sa fameuse rupture.

Outre les remarques d’une caricature absolue de Montebourg avec son petit accent d’aristocrate qui jette une pièce au clodos pour se donner bonne conscience, c’était plutôt intéressant.

Mais je suis toujours etonné de voir à quel point les politiques Français réagissent toujours en termes “d’aide”. On va donner une aide pour acheter le mazout, une aide pour passer le permis, une aide pour aller à l’unif, une aide pour acheter son billet de train, une aide pour acheter un voiture, et j’en passe.

C’est fou, le message est incroyable. Pour survivre en France, il faut surtout maîtriser le système d’aide de l’état.

La rupture serait qu’ils arrêtent de réfléchir en terme d’aides et qu’ils apprennent au gens (ou plutôt qu’ils obligent – et c’est clair certains resteront sur le carreau) à se prendre en charge. Tout ce qu’on demande à l’état c’est de garantir un équilibre et une solidarité sociale (sécurité sociale, chomage, education, etc..) et pour le reste “libérer” les forces vives du pays (comme je ne sais plus qui disait🙂 )

Donc plutôt que de donner une aide aux jeunes pour passer leur permis, il serait plus malin de simplifier le passage du permis.

Et dans le même ordre, simplifier le contrat de travail, simplifier les licenciements, communiquer sur la création d’entreprise, rendre plus transparent les mécanisme de pension, allonger la durée du travail. Bref rendre la machine moins figée et plus légère.

Attention, il ne faut pas confondre la suppression des aides par la suppression des “protections” comme le chomage, la sécurité sociale.

Autre exemple, diminuer les taxes sur l’essence ou donner un chèque mazout. C’est comme si on donnait une prime à un maréchal férant pour qu’il puisse continuer a fonctionner alors que son métier est voué à disparaître. Autant qu’il s’en rende compte rapidement pour se reconvertir (et la c’est à l’état à potentiellement l’aider à se reconvertir)

Si le mazout devient cher, la société s’adaptera en fonction et oui évidemment cela ne sera pas facile et sans doute plus difficile pour certains, c’est clair. Mais pour le politique c’est toujours plus facile de lancer une idée démago comme le chèque mazout, que d’expliquer au gens qu’ils vont trinquer.

Moi je propose la chose suivante : on a déjà les chèques repas, les chèques transport, pourquoi ne pas introduire les chèques vêtements, les chèques coiffeur, les chèques vacances et on ne donne plus d’argent aux salariés comme çà ils ne doivent même plus réfléchir. Ils auront leurs petits chèques, comme des petits mots signés par leur mère et ne devront plus réfléchir et juste voter pour celui qui donne le chèque le plus gros pour le mazout.

A méditer: ca me fait penser à la parabole du barrage. Tout cet environnement d’aides et d’assistanat constitue en fait un barrage qui nous sépare de la vraie vie. Mais ce barrage est en train de se fissurer. Il faut donc apprendre aux gens à nager dans la rivière plutôt que leur faire croire que le barrage va tenir.

Pierre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s